Diabo / rebecca yaoinitie un programme d’alphabétisation en faveur des femmes 

La présidente de l’association Diabo Ville émergente, Mme Rebecca Yao poursuit ses actions en faveur de l’éducation et de l’alphabétisation de ses parents en milieu rural dans la commune de Diabo.

Lancé depuis le 17 janvier 2022, le programme d’alphabétisation initié par la présidente Diabo Ville Émergente, Mme Rebecca Yao, dans le département de Botro, ce programme se poursuit dans la commune de Diabo.

Ouverture de deux nouvelles classes de vingt-cinq apprenantes chacune

Puissants leviers de l’autonomie financière, L’alphabétisation et l’éducation demeurent pour la secrétaire nationale adjointe du RHDP en charge du monde associatif, le grand défi à relever pour accélérer le développement de leur localité. La présidente de l’association Diabo Ville Émergente au lancement du programme de l’alphabétisation 2022-2023, le dimanche 15 janvier 2023, dans le village de Télébokan aux encablures de la ville de Diabo, avec l’ouverture de deux nouvelles classes de vingt cinq (25) apprenantes par classes. Une initiative qui vient soulager les populations plusieurs villages dans la communes de Diabo.

Grâce à Mme Rebecca Yao, nous pouvons écrire notre nom, nous savons lire. Nous maintenant écrire nos message, faire nos retraits

Pour ces femmes qui prennent d’assaut les salles de classes les soirs à 18 heures, il n’y a pas d’âge pour apprendre. << Nous sommes très heureuse aujourd’hui. Grâce à Mme Rebecca Yao, nous pouvons écrire notre nom, nous savons lire. Nous maintenant écrire nos message, faire nos retraits >>, a precisé, Koffi Aya, porte-parole des auditrice avant de traduire leur reconnaissance à l’initiatrice de l’alphabétisation, Rebecca Yao. << Nous remercions L’initiatrice qui grâce à elle aujourd’hui nous sommes éclairées à l’alphabétisation >>.

Ce sont plus 400 auditrices de 18 ans et plus qui bénéficient de ces cours du soir. L’initiatrice de ce projet d’alphabétisation dans la commune de Diabo, Rebecca Yao, a manifesté sa joie de voir ces femmes se saisir de cette opportunité qui les permettra de savoir lire et écrire. << Je constate un grand engouement et chaque fois que nous ouvrons des classes dans les villages >>, a-t-elle indiqué et d’ajouter << Je me réjouis que mes mamans et sœurs aient compris que L’alphabétisation c’est savoir lire et écrire ; mais aussi, que l’alphabétisation permet de gagner le respect des siens, d’ouvrir des perspectives et de favoriser le développement >> avant de s’engager à être à la disposition de ces femmes pour que la ville de Diabo soit une ville émergente et que le département de Botro devienne le deuxième pôle économique de la région de Gbêkê.
La présidente de l’association Diabo Ville Émergente a profité de cette occasion pour distribuer des kits scolaires composé d’ardoises,cahiers, livres et des boîtes de craie aux moniteurs et aux auditrices.

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités concourant à la réalisation de l’axe IV du projet, ONU Femme a entrepris de renforcer les capacités des coopératives bénéficiaires du projet pour accroître les possibilités de leur bancarisation et faciliter leur accès aux financements pour le développement de leur activité.
Ainsi, la coopérative Diabo Ville Émergente présidée par Madame Rebecca Yao a initié un atelier de trois jours au Foyer Jeune Viateur de Bouaké, du lundi 3 au mercredi 6 mars 2023.

Au nombre de 75, les femmes membres de l’association Diabo Ville Emergente venues des trois sous- préfectures du département de Botro notamment Diabo, Languibonou, Krofouinsou, ont pris part à un atelier de renforcement de capacité organisé par Onu Femme (BAD) en collaboration avec la coopérative Diabo Ville Émergente.
Ce séminaire a eu pour du thème: << la Gestion Financière et Économique des Associations Villageoises d’Épargne et de Crédits (A.V.E.C).

Le programme AFAWA qui designe << Appui aux cooperatives des Femmes dans le secteur du Vivrier >>
vise à contribuer de manière globale, d’ici, 2025, à l’autonomisation économique de
40.000 femmes vivant en Côte d’Ivoire. Il interviendra dans les grands bassins de production des cultures vivrières de base et mis en œuvre sur une durée de trois (3) ans qui touchera 322 organisations/coopératives active dans les cultures vivrières de base.

Pour Edouardo Akaffou, attaché social, formateur AVEC, au sortir de cet atelier, les femmes seront capable de se prendre en charge. << Nous venons de montrer aux comment se prendre pour réussir cette micro-finance. Nous leur avons donné tous les rudiments nécessaire pour réussir dans leur vie >>, a-t-il indiqué avant de remercier l’initiatrice et donner des conseils aux bénéficiaires << Je voudrais remercier l’initiatrice, Madame Rebecca Yao pour cette belle initiative. Vous les femmes, elle vient de vous apprendre à pecher que de vous rendre des billets de banque. Elle vient de vous mettre à la lumière. Profitez de cette formation pour être indépendante financièrement >> a conclu le formateur.

Therese Kouakou, se dit très heureuse au sortir de cette formation. Pour elle, désormais elle connait l’importance des AVEC. Grâce à l’AVEC, sa souffrance et sa galère seront derrière elle. Quant à la présidente de la coopérative Diabo Ville Émergente, Madame Rebecca Yao, cette formation est nécessaire quand on est dans un processus de l’autonomisation. Elle donne les raison de ce séminaire << C’est une opportunité pour améliorer leur autonomisation. Pour qu’elles améliorer leur condition, il faut l’instruction, la formation et renforcement de capacité. C’est l’objet de ce séjour à Bouaké. Nous recherchons l’autonomisation de la femme. Et elle s’obtient par la création et l’accroissement de leur activité génératrice de revenue >> a précisé, la présidente.

Poursuivant, Rebecca Yao fait savoir que pour toute activité commerciale, il faut des financements
<< l’AVEC est un instrument de lutte contre la pauvrete, sui permet aux femmes d’accéder à des prets sous une forme de procédure à partir de leur propre épargne. Donc une initiation à la bancarisation, à l’inclusion financière. Et les AVEC leur permettent d’augmenter leur résilience face aux imprévus. Elles leur permettent aussi d’augmenter leur activité génératrice de revenue a-t-elle expliqué.

Partager la publication

Articles Similaires